Nous utilisons des cookies pour nous assurer que notre site Web fonctionne correctement et pour collecter des statistiques sur les utilisateurs afin d'améliorer notre site. En savoir plus sur notre politique de confidentialité ici.

Accepter

La série « À la rencontre de l’équipe » d’ENERGY a pour but de mettre en valeur certains des talents exceptionnels qui œuvrent au sein de notre entreprise. C’est également un excellent moyen d’apprendre à nous connaître un peu mieux et de découvrir, de la bouche même des membres de l’équipe ENERGY, leur parcours et l’importance de leur travail.

Ben Walker est le tout dernier membre du conseil d’administration d’ENERGY et occupe le poste de vice-président des ventes. Ses 22 ans de carrière dans l’industrie de la logistique lui confèrent une grande expérience. Nous avons rencontré Ben pour discuter de son rôle et de sa vision unique du secteur.

Parlez-nous un peu de vous – comment avez-vous débuté dans la logistique ?

J’ai grandi dans le monde du transport, car mon père travaillait pour une société de transport de voitures à Détroit. Il y a travaillé toute sa vie. Il a commencé à tondre les pelouses et à laver les voitures à l’âge de 12 ans au sein de cette entreprise, puis a gravi les échelons jusqu’à devenir le directeur du terminal, avant de prendre sa retraite en tant que directeur de l’exploitation.

J’ai fait mes premiers pas dans le transport pendant mes études secondaires, alors que je travaillais à la répartition dans le même terminal que mon père. J’allais chercher les chauffeurs lorsque les camions tombaient en panne ou je faisais d’autres petits boulots.

Après l’université, comme beaucoup de gens, je ne savais pas ce que je voulais faire. À l’époque, je sortais avec ma future femme, et elle voulait absolument déménager à Chicago. Je savais que si c’était là qu’elle allait, c’était là que je voulais être.

Alors, j’ai fait mes valises, j’ai déménagé de Détroit à Chicago et j’ai trouvé un emploi chez C.H. Robinson. J’ai adoré travailler dans le domaine de la logistique, et c’est ce que je fais depuis.

Qu’est-ce qui vous a attiré chez ENERGY ?

Ce qui m’a sauté aux yeux dès le début, c’est la dynamique de l’équipe de direction et sa façon de communiquer. C’était direct, honnête et très collaboratif.

Si vous m’aviez demandé il y a huit ans si la culture d’entreprise était importante, je n’y aurais pas pensé. Mon ancienne entreprise a changé tout cela pour moi, et je voulais trouver une nouvelle opportunité où la culture du lieu de travail était une priorité.

Et après avoir visité le siège social de Montréal, j’ai su que j’avais fait le bon choix. Toutes les personnes que j’ai rencontrées étaient amicales, et si je faisais un sourire ou un signe de tête à quelqu’un, c’était toujours réciproque.

La culture d’entreprise d’ENERGY était chaleureuse et accueillante, et ce, à tous les niveaux de l’entreprise. Je me sentais déjà comme chez moi au sein d’ENERGY et pouvais me projeter à long terme avec l’équipe.

Quelle est, selon vous, votre principale priorité dans votre nouveau rôle de vice-président des ventes ?

Dans un premier temps, ma principale priorité est de renforcer et d’améliorer la structure et les processus du département des ventes.

Je suis une personne qui aime avoir des objectifs et les partager avec les autres. J’aime aussi lier une thématique aux objectifs professionnels ; pour moi, 2023 est l’année du processus.

Nous dirigeons-nous vers une récession dans l’industrie?

Une récession semble un peu agressive, mais je prévois un ralentissement.

Les transporteurs vont avoir un peu plus de contrôle et un peu plus de pouvoir du point de vue des prix par rapport à ce que nous avons connu durant la pandémie. Si je devais deviner, ce serait la tendance pour les 15-18 prochains mois.

Cela dit, les défis auxquels nos clients sont confrontés pour assurer la disponibilité des remorques sans tracteur, les contraintes transfrontalières et les contraintes d’entreposage ne vont pas disparaître du jour au lendemain.

Comment décririez-vous l’avantage concurrentiel unique d’ENERGY ?

Nous faisons en sorte que les choses difficiles paraissent simples.

Nous ne refusons pas les demandes de transport présentant une certaine complexité. Beaucoup de types d’expéditions et de demandes de clients que nous recevons seraient des sujets de conversation pour d’autres entreprises de transport. La quantité de transports transfrontaliers et de programmes de remorque sans tracteur que nous proposons est vraiment impressionnante.

À Propos de L'auteure

  • Adam Pinsky
  • Adam Pinsky

    Marketing Director

    Adam Pinsky is an endlessly curious, full-stack marketing professional. Having worked in a variety of industries—from legal services to space technology—Adam brings a unique perspective when crafting bespoke marketing and communication strategies.

D'autres Articles

Consulter L'article

Toutes les nouvelles
  • 01 fvrier, 2023

    Profiter de la saison calme pour booster votre année à venir : 2023

  • 27 janvier, 2023

    La Mission d’ENERGY pour le futur

  • 08 dcembre, 2022

    Comment devenir chauffeur de camion : Canada et États-Unis