Nous utilisons des cookies pour nous assurer que notre site Web fonctionne correctement et pour collecter des statistiques sur les utilisateurs afin d'améliorer notre site. En savoir plus sur notre politique de confidentialité ici.

Accepter

L’industrie du transport est un pilier essentiel de l’économie, mais avec une pénurie constante de camionneurs, quelles solutions le gouvernement, l’industrie et la technologie peuvent-ils apporter pour résoudre le problème ?

Selon l’American Trucking Association (ATA), l’industrie souffre d’une pénurie récurrente de chauffeurs, depuis déjà 15 années.

Et ce n’est pas seulement l’Amérique qui est touchée. Statistique Canada estime qu’entre 2019 et 2028, il y aura 119 900 ouvertures de postes pour camionneurs, mais seulement 96 600 nouveaux demandeurs d’emploi, ce qui laisse 23 300 postes vacants.

Les raisons de cette pénurie de chauffeurs sont nombreuses. Toutefois, les deux facteurs les plus importants sont le manque de jeunes conducteurs pour remplacer la main-d’œuvre vieillissante et le faible taux de rétention des conducteurs actuels.

Dans cet article, nous examinons les solutions possibles pour surmonter les obstacles auxquels sont confrontés les nouveaux conducteurs lorsqu’ils entrent dans la profession, ainsi que les stratégies innovantes pour aider à retenir le personnel existant.

Changements gouvernementaux

Les gouvernements locaux et fédéraux pourraient jouer un rôle plus important dans l’élimination des obstacles pour accéder à la profession de camionneur.

Nous constatons un début d’action de la part du gouvernement. L’administration Biden-Harris a promis un financement de 30 millions de dollars pour aider les États à accélérer l’obtention des CDL.

Au niveau local, certaines écoles secondaires américaines ont commencé à proposer des programmes facultatifs de conduite de camions afin d’enseigner aux jeunes étudiants les scénarios réels auxquels les camionneurs sont confrontés sur la route.

D’autres possibilités de soutien gouvernemental sont envisageables :
  • Un financement immédiat des programmes qui s’attaquent aux obstacles auxquels sont confrontés les jeunes conducteurs qui entrent dans la profession, comme l’aide aux frais de scolarité, les subventions non remboursables, les programmes d’apprentissage rémunérés, etc ;
  • Des subventions salariales pour les entreprises qui embauchent des jeunes diplômés afin de compenser les primes d’assurance plus élevées que ces entreprises devront payer ;

Fait : Seuls 3 à 4 % des conducteurs de l’industrie ont moins de 25 ans, contre 12,7 % dans l’ensemble des secteurs.

  • Améliorer les infrastructures des aires de repos et des parkings pour camions afin de rendre la profession plus sûre ;
  • Travailler avec l’industrie pour trouver des moyens de recruter davantage de conductrices et de candidats issus de groupes sous-représentés.

Fait : les femmes ne représentent actuellement que 5 à 7 % des camionneurs, alors qu’elles constituent 50 % de la population. Une meilleure infrastructure des aires de repos aidera les groupes sous-représentés dans la profession à se sentir plus en sécurité et plus susceptibles de devenir ou de rester chauffeurs.

Changements au sein du secteur

Il convient ensuite d’examiner les solutions que le secteur du transport pourrait mettre en œuvre pour faire face aux taux élevés de roulement des conducteurs.

Pour mettre les choses dans leur contexte, selon l’American Association of Motor Vehicle Administrators, les gouvernements des États délivrent chaque année plus de 450 000 nouveaux permis de conduire commerciaux, dont beaucoup entrent dans la profession de camionneur. Le problème pourrait donc être résolu en grande partie en améliorant le taux de rétention des nouveaux conducteurs dans l’industrie.

Le taux roulement des conducteurs est extrêmement élevé. Plus de 30 % des conducteurs démissionnent dans les trois premiers mois. Et environ 50 % partent dans les six premiers mois.

Quelles sont les causes de ces taux de roulement extrêmes ? En général, c’est dû à un décalage entre ce qu’un recruteur annonce à l’embauche et l’expérience réelle des camionneurs.

Les entreprises de camionnage doivent être plus transparentes et plus directes quant aux salaires et aux avantages sociaux qu’elles offrent afin d’améliorer le taux de rétention des chauffeurs actuels.

Il est également important de remplacer régulièrement les camions et l’équipement pour garder les conducteurs heureux et éviter les temps d’arrêt inutiles. L’investissement dans les systèmes de camions et l’entretien préventif sont essentiels pour résoudre ces problèmes.

Changements technologiques

Alors que les petites entreprises ou les propriétaires-exploitants peuvent avoir du mal à trouver le temps et le budget nécessaires pour améliorer leur équipement, la plupart des entreprises de transport routier ont pris conscience de l’importance d’améliorer leurs systèmes technologiques. La maintenance prédictive et les logiciels de suivi des remorques rapportent déjà des dividendes importants aux grandes cargaisons.

Toutefois, des innovations moins connues sont en train de voir le jour, qui pourraient façonner l’avenir du secteur et contribuer à remédier à la sérieuse pénurie de camionneurs.

La technologie des camions à conduite autonome est en train de devenir une solution répandue. L’objectif actuel de cette technologie serait d’augmenter la capacité des systèmes de livraison, et non de remplacer les humains.

Comme le mentionnait notre précédent article sur les tendances logistiques, la technologie de convoi Locomotion a développé le concept de camions autonomes guidés par l’homme. Dans ce scénario, deux camions forment un convoi. Un conducteur humain dirige le premier camion, puis un second camion est relié électroniquement au premier. Chaque camion a un conducteur, mais ce type de technologie permettrait à un conducteur de se reposer pendant que le leader conduit pour les deux.

Ensuite, lorsque le chef de file atteint la limite de ses heures de service, les camions s’inversent et le camion secondaire devient le chef de file, ce qui permet à l’autre conducteur de se reposer. Dans un avenir pas si lointain, des solutions technologiques innovantes comme celles-ci pourraient augmenter les capacités des conducteurs et permettre une meilleure efficacité avec moins de main d’œuvre nécessaire.

ENERGY a été reconnue comme l’un des meilleurs employeurs de la flotte pour la deuxième année consécutive ! La certification est basée sur nos pratiques de recrutement et de rétention, notre culture d’entreprise, notre rémunération, notre formation et nos pratiques de développement des compétences. Si vous êtes intéressé par une carrière de travail ou de conduite pour ENERGY, visitez notre page de carrière pour voir tous les postes disponibles ou envoyez-nous un courriel à [email protected].

À Propos de L'auteure

  • Adam Pinsky
  • Adam Pinsky

    Marketing Director

    Adam Pinsky is an endlessly curious, full-stack marketing professional. Having worked in a variety of industries—from legal services to space technology—Adam brings a unique perspective when crafting bespoke marketing and communication strategies.

D'autres Articles

Consulter L'article

Toutes les nouvelles
  • 28 septembre, 2022

    Comment les expéditeurs peuvent se préparer à la haute saison 2022

  • 23 septembre, 2022

    Communiqué de Presse: ENERGY se classe au 271e rang sur la liste Canada’s Top Growing Companies 2022

  • 20 septembre, 2022

    Pourquoi Les Camions Européens Ont Des Faces Plates